Cyclo Les 3 Ballons 2015

Le 17/6/2015 par Loïc Guillois

Profiter du paysage

Après deux stages perso (dans le Puy de Dome et dans le Pays Basque), il était temps de s'affronter à une cyclo en montagne afin de constater des progrès et du travail restant à accomplir. Mon choix s'est rapidement porté sur la cyclosportive des 3 Ballons comme j'avais déjà prévu l'Etape du Tour. Je me suis engagé sur le parcours long (213Km). Pour le nantais que je suis, c'est un coin que je ne connais pas du tout. Ce sera la découverte et je compte profiter de l'excursion pour profiter du paysage ! Petit détail : je fais cette cyclo avec le vélo de chrono.

Parti le jeudi soir, on termine la route avec ma femme le vendredi. On arrive à Luxeuil-Les-Bains pour le retrait du dossard et que je soit plus serein le lendemain matin. Et j'ai bien fait car la nuit a été très courte. Debout à 4h45 puis petit dej' comme d'habitude. 1h de route puis 7Km pour rejoindre le départ. L'arrivée et le départ ne sont pas au même endroit donc je me suis garé directement à l'arrivée... Notre hotel est en haut du Ballon d'Alsace, de quoi profiter de la vue. J'aurais eu le temps de nager un peu dans le lac de Malsaucy (spot du triathlon de Belfort).

Profil

Le départ

J'arrive donc sur place juste à temps, je suis sur la ligne d'arrivée vers 7h05 pour 7h15. Le départ est un peu retardé. J'en profite pour rejoindre un collègue triathlète du forum. On discute un peu, j'écoute attentivement. Il est habitué de la montagne avec plusieurs Embrunman et Altriman à son actif. Un gars top ! L'ambiance de départ est sympa. Le départ est donné. Dès le départ je déraille, je ne sais pas trop pourquoi mais je remet la chaine rapidement. Le départ est plat donc ça roule comme des tarés, ça se met en file indienne et ça roule à 40km/h. Je laisse filer tout ça. Je me contente de me mettre dans la roue des groupes qui roulent moins vite et dès qu'ils relancent trop je laisse filer pour reprendre un autre. Etc. Ce petit jeu me permet de m'échauffer tranquillement et d'en garder pour plus tard.

Premières difficultés

Ensuite on arrive dans le premier col, je double beaucoup de monde. Dans les descentes je reperd un peu de place. J'en garde sous le pied, pendant 4-5 heures c'est plutôt bien passé. Je ne me met jamais dans le rouge et celà passe bien. Je prend le premier ravito tranquillement, prend le temps de mettre un coupe-vent en haut de chaque col et ne prend aucun risque en descente. Il y a des ambulances qui ne font que passer, ça rappel à l'ordre. On aura eu toutes les météos, soleil, vent, pluie. Bref un temps de montagne.

A un moment, on est bloqué par un train à un passage à niveau. Bonne ambiance, personne ne râle. J'en profite pour prendre une photo. Un vrai cyclotouriste ! Pas de bol, on se prend un long arrêt à un stop juste après.

Profil

Là ça pique...

Le Grand Ballon est plus dur. L’ascension est longue (1h06 au final) et je suis tout le temps en prise. La pénibilité reste sous contrôle mais l'épreuve commence vraiment ici. J'arrive en haut en un peu moins de 7 heures, le plus dur est derrière moi mais je suis fatigué. C'est ce qui me limite: envie de dormir, je baille. Je prend le temps de faire un bon ravitaillement encore. L'idée de me poser comme certains m'est venu à l'esprit, voir de faire une sieste mais je savais que si je faisais ça, ce serait l'abandon derrière. Donc je pars tranquillement en faisant très attention dans les descentes. De toute façon les groupes sont formés, et ceux que je double en côte me rattrape en descente, ça se rejoint en petit groupe dans le plat. On s'attend plus ou moins: personne ne parle, mais on se comprend. Les cols pourtant pas si difficile sont rendus pénible par la fatigue.

J'ai quelques douleurs ici et là, surtout le cou, la nuque. Les derniers petits cols s'enchainent. Il en reste un vraiment dur avec de forts pourcentage (à Servance). C'est celui que je craignais le plus. je le monte tout à gauche (par précaution, 36-25) mais je ne zigzag pas comme certains. Par contre je commence à avoir très très chaud. Je m'arrête à la moitié environ pour m'arroser (j'avais pris soin de prendre un bidon d'eau plate pour ça au ravito). Puis je repars rapidement, je rattrape ceux que j'avais laissé en m'arrêtant. La difficulté se termine finalement assez vite. J'ai connu pire au pays Basque... !

Le final

Le panneau des 30 derniers kilomètres est là et il y a de petites côtes mais rien de méchant. C'est globalement roulant. Il n'y a plus de col à l'horizon. Je retrouve la pêche, la fin est proche et je sais que je suis sous les 9 heures. Je pars de ce panneau dans l'idée de finir plus fort mais rapidement je me retrouve dans un groupe et on prend des relais régulier, cela m'ira pour finir ! Les relais sont malgré tout appuyés. J'en saute certains. Ligne d'arrivée franchie en 8h53 pour 217Km réel. Allez pour une fois... une photo de moi après la course...

Profil

Le bilan

Je suis classé 1033 ème sur 2378 finishers. Il y a eu de nombreux abandons. Le vainqueur aura terminé en 6h28 et la lanterne rouge en 13h22. Je suis satisfait de ma prestation pour une première. J'ai l'impression qu'il y avait un gros niveau général. En fait, il n'y avait quasiment que des mecs affutés et épilés avec des vélo en carbon. Beaucoup de belges et d'hollandais.

De mon côté, le petit plateau en 36 dents était largement suffisant, un 34 aurait été bien trop petit. Habitué au 38, je devais déjà faire attention à ne pas trop croiser. Je pense que j'ai passé un cap en endurance car jusqu'à la fin ça répondait bien musculairement. J'étais surtout limité par la fatigue, les douleurs et la lassitude. J'ai géré l'épreuve comme pour faire 10h donc je n'ai pas fini H.S. c'est rassurant aussi... les 8h30 sont réalisables dans une approche plus compétitive de l'événement. Quelques temps :

  • Col des Chevrères : 9,3Km @ 5%, 35min49 (soit 15,6Km/h)
  • Ballon d'Alsace : 10Km @ 5%, 35min18 (soit 17km/h)
  • Col Hundsruck : 8,3Km @ 4%, 28min07 (soit 17,8km/h)
  • Grand Ballon : 16,5Km @ 5,9%, 1h06 (soit 15Km/h)

Cette épreuve m'a permis de m'agguerrir au guidon de mon vélo de chrono en montagne. Les descentes on été difficile mais j'ai passé un cap.

Un grand merci aux organisateurs et aux bénévoles. Les spectateurs ont également été présents sur les bords de route, et ça fait plaisir.

Les prochaines échéances sont maintenant le triathlon M de Noûatre puis l'Etape du Tour avant d'arriver sur l'objectif de la saison : le Triathlon de l'Alpe d'Huez.


comments powered by Disqus