Half Ironman des Marches de Bretagne : un pas en avant !

Le 16/6/2014 par Loïc Guillois

Le premier juin, j'ai participé à mon premier half de la saison. Ce n'était pas un triathlon "objectif" puisqu'il arrivait tôt dans la saison. Je me prépare presque exclusivement pour ce format depuis la déconfiture de Royan l'année dernière. Le changement de coach et une place moins importante donné au vélo m'ont permis de bien progresser. Dorénavant c'est Rodolphe Debureau qui me suit et celà se passe plutôt bien !

C'était une course avec peu de participants (150 inscrits). Le lieu est sympa : entre Rennes et Fougères. On était plusieurs du club et on s'est retrouvé dans le parc à vélo et on discute un peu. J'apprends la présence d'une bosse à 15% sur 500m. ahah. Mon plateau en 43 dents va encore me donner du fil à retordre : il y a quatre boucles à effectuer donc quatre fois cette bosse.

Départ natation

On prend le départ dans l'eau, je n'ai jamais été aussi peu stressé et ça c'est cool. On a deux boucles et demi à faire dans une marre à canard : l'eau est propre mais il y a de la vase au fond , c'est peu profond et l'étang n'est pas grand. Le départ est donné et ça va plus vite qu'à Enghien. je tente de suivre mais ça va vraiment trop vite... à la première bouée, je suis déjà en queue de peloton mais les gars / filles autours de moi sont dans le même "rythme". Je fais quelques erreurs d'orientations... dommage. Seul les deux premiers me prendront un tour sur la fin de la seconde boucle. J'aurais mis 42min41 et le premier à sortir de l'eau 22min02. Sensations pas terribles à la sortie de l'eau : j'ai des contractures dans l'intérieur des cuisses. Je prend vraiment mon temps sur la transition (4min53). Je sais que ces contractures sont aussi nerveuses.

2013

La partie vélo

Le couteau entre les dents, je pars fort. Je fais environ 10 bornes à 36 de moyenne (d'après mon chrono et les inscriptions de distance au sol tout les kilomètres) et commence à rattraper du monde. Je me calme car je sais que ça va être dur... enfin la côte à 15% me calme mais elle passe bien. Par la suite, j'ai dû faire un petit 33 de moyenne. La troisième boucle est compliquée, peu de puissance début de mal de dos / nuque : ça me déconcentre et j'ai du mal à tenir en position aéro. Je lève un peu le pied. Dernière boucle je remet du rythme à nouveau (mais en mettant moins de braquet pour faire tourner les jambes). 2h51. Il doit y avoir 92-93Km. Un peu déçu, mais avec les contractures causé par la natation et le mal de dos je ne pouvais pas faire beaucoup mieux ce jour là.

2013

La course à pied

Cette fois ci la transition est rapide (1min53) mais le mal de dos me suit et s'empire... ça craint. Le parcours : une boucle dans la forêt à faire trois fois. C'est du trail sans le D+ : des racines, de la boue, des pierres, des talus et plein de relances. au bout de 15 minutes, je prend la pénible décision de m'arrêter et de m'étirer, de souffler un peu pour relâcher le haut du corps. Je perd 2 minutes mais la douleur s'estompe. Fin de première boucle : la douleur revient. Je m'arrête à nouveau et m'étire, je discute avec les bénévoles qui comprennent pas trop ce qui se passe. Honnêtement j'ai pensé abandonné si la douleur persistait. J'entame la seconde boucle calmement, un peu dégouté, mais la douleur s'en va enfin. Je remet donc du rythme ! Je redouble plein de monde et là... mal aux deux pieds, des ampoules me font terriblement mal. Je sers les dents et continue, je me dis que j'aurais pas moins mal si je ralentis et que ça va durer plus longtemps. J'arrive sur la fin de la seconde boucle en 4h50 (merci au speaker) et je réalise d'un coup que j'ai le chrono que je voulais, faire moins de 5h30. Je lâche une larme, cela aura eu l'avantage de me faire oublier la douleur pendant 2-3minutes. je suis un peu frustré quand même car je pourrais aller un peu plus vite mais la douleur remonte dans le mollet et est de plus en plus insoutenable je ne peux plus m'empêcher de lâcher des "aïe" ici et là. Je n'aurais pas pu finir au sprint mais l'envie et la forme étaient là.

Je termine la course à pied en 1h45 pour un chrono final de 5h25. Je suis classé 85ème sur 130 finishers.

2013

Conclusion

Coté chrono, je suis satisfait dans l'ensemble, c'est une belle progression par rapport à Royan malgré les pépins que j'ai rencontré... ça me donne de meilleurs références pour la suite.

Coté organisation, je suis déçu de ne voir aucune photo apparaître. C'est dommage pour les athlètes et surtout pour l'organisation. Il sera difficile pour eux de communiquer dans de bonnes conditions. Le speaker était bien dynamique, le parc à vélo et les ravitaillements bien gérés. Juste un regret pour la partie course à pied qui s'apparente vraiment à du trail, mauvais choix de chaussure et préparation pas ciblée... c'est de ma faute, c'était indiqué sur leur site Web.

A noter:

  • natation : pas encore assez habitué à nager avec la combinaison. Je ne retrouve pas les sensations que j'ai en piscine : accélération des bras encore plus pénible à réaliser et trop de battements de jambes je pense aussi. Il y a aussi les erreurs d'orientation à corriger.

  • vélo : absolument faire le point sur ma position : réglage selle / potence et passer sur un prolongateur long.

  • course à pied : se renseigner à l'avance. Autant faire un trail sur un duathlon vert c'est fun, autant sur un triathlon cela ne m'enchante pas. Je préfère l'asphalte ou du chemin roulant mais pas du trail. Le cas échéant prévoir des chaussures adaptées.

ps: les photos d'illustrations proviennent de l'édition 2013


comments powered by Disqus