Je suis toujours asthmatique

Le 14/9/2016 par Loïc Guillois


Quand je me suis lancé dans le projet de participer à Embrunman, je me suis dis que ça pouvait être cool de soutenir une association. Je ne me voyais pas lever des fonds pour moi-même. J'ai donc contacté la Fondation du Souffle, me sentant concerné par ce problème que représente les maladies respiratoires au quotidien pour des millions de personnes en France et dans le monde.

Je dois dire que cette année, j'ai été particulièrement épargné par les crises allergiques et d'asthme que ce soit à l'effort, ou asthme nerveux. En fait, je pensait même que c'était bon. Je n'étais plus malade... après plusieurs mois sans gêne, j'étais plutôt content. Je me sentais même moins crédible vis à vis de la cause que je défendais. Et oui, le sportif qui fait 15 heures de sport par semaine sans crise et il se dit asthmatique ? Je n'ai plus de ventoline depuis longtemps, ni de Cétirizine.

Quand j'entendais des mecs dire "c'est bizarre c'est dans le peloton cycliste qu'il y a le plus d'asthmatique", je ne me sentais pas concerné. Je ne les défendais plus ces cyclistes.

Sauf que... après Embrunman, j'ai fait une grosse coupure. Un arrêt quasi total du sport, et aucune intensité en tout cas. Les quelques séances dans cette périodes ont été un calvaire cardio-respiratoire : coeur qui monte très haut sur les séquences d'intensité et déclanchement d'asthme systématique. De l'asthme la nuit, des crises d'éternuements en journée. Tout les jours.

J'ai abandonné sur Embrun, je ne me suis jamais blessé, mais je suis toujours asthmatique. C'est une maladie incurable. Je suis venu au sport pour me prouver que je pouvais aller au delà de cette putain de maladie. Il ne faut rien lâcher, je vais retourner voir mon médecin, retourner à l'entrainement (c'est vital) et de nouveau insulter le prochain qui traitera un sportif qui prend de la ventoline de "dopé".


comments powered by Disqus