Mon premier Trail : nocturne du Vignoble Nantais 2013

Le 25/2/2013 par Loïc Guillois

Cela faisait un petit moment que je me préparais pour ce trail. D’ailleurs j’en ai parlé ici : compte rendu d’entrainement trail. Il y a deux semaines, j’ai même fait la reconnaissance d’une partie du parcours du trail de 22Km de jour avec un ami qui y participait. Comme pour toute compétition : le plus important c’est l’entrainement. J’avais donc déjà fait le travail en y arrivant. Comme c’était une première expérience, je n’avais malgré tout aucun repère d’intensité et de chronomètre. Je l’ai donc abordé dans un esprit de découverte. J’ai d’ailleurs maintenu la sortie vélo du samedi matin pour l’objectif principal de cette année qui reste de participer à un Half Ironman, celui de Royan.

Le Trail du Vignoble Nantais

Tout d’abord, je tiens à remercier l’organisation et tout les bénévoles qui ont permis d’assurer pour nous, trailers, ce Week End à merveille. D’ailleurs le trail a été reconnu et distingué par le quotidien Presse Océan : meilleur évènement sportif de l’année 2012 pour la Loire Atlantique ! Ce n’était pas volé et l’édition 2013 est là pour le rappeler avec un spectacle assuré haut la main et présent dans les médias dont le journal de 20h de TF1. Plutôt qu’un long discours, je vous propose directement un résumé du week end en vidéo :

Début de course

Au niveau de l’équipement, j’ai donc pris mes Salomon Sprint Cross, un collant, une petite veste et un camelbak avec barre de céréale, banane, téléphone, lampe de secours. Evidémment pour du nocturne, il fallait la lampe frontale et un k-way fluo. Vu les températures, j’ai également pris des gants et un petit bonnet. C’était du matériel que j’avais déjà utilisé en entrainement, j’ai notamment fait pas mal de sortie nocturnes en VTT. Je suis donc habitué de la chose de ce coté là. J’avais quand même une petite lampe en main pour bien voir le sol mais finalement peu utile. Pour le prochain, je m’en passerais !

Le départ avait lieu à 20h00 et il faisait bien froid : tout le monde parle de 0°C voir -1°C. Après s’être échauffé, on se place sur la ligne. J’avais rejoint un collègue du TAC mais vu le nombre de partant on s’est perdu de vue dès le coup de pistolet. J’ai lancé le chronomètre de mon cardio : c’est parti. L’épreuve se décompose en 3 boucles, en gros : 3Km, 6Km et 10Km. Durant la première boucle, je passe mon temps à doubler tout le monde, le terrain est assez plat et très roulant. Je me modère à partir de la seconde boucle, nous ne sommes d’ailleurs plus en peloton compact.

Avant le départ

Mi-course

J’ai eu un moment plus dur mentalement, la moitié n’était pas faite et le fait de ne pas connaître le parcours et de ne rien reconnaitre de nuit (pourtant je connais bien le coin… !) m’a un peu sapé le moral à mi-course. Heureusement la fin de la seconde boucle arrive : finalement celle ci n’aura pas de difficulté particulière. J’en ai profité pour bien me ravitailler et me relancer : dans ma tête une nouvelle course commence car la douleur au genou arrive et la fatigue aussi.

Finalement c’est cette dernière boucle qui sera la plus dure en plus d’être la plus longue : il y a beaucoup plus de dénivelé que sur le reste, il y a de la boue, des cours d’eau, des trous, des monotraces. Bref du Trail ! Heureusement bénévoles et spectateurs sont là pour nous encourager. Merci à eux !

Fin de course

Pendant un moment à la vue de la rapidité de passage sur les 2 premiers points de chronométrage, je me voyais finir le trail (20Km) en 1h50. J’ai d’ailleurs demandé à ceux qui étaient autours de moi et ils étaient dans le même état d’esprit. Sauf que… la dernière boucle était bien plus dure. Il y avait certains passages où on devait marcher et des monotraces où il fallait attendre son tour. Puis finalement il y avait 21,6Km donc le trail est bouclé en 2h08. Je croise quelques gars de mon club de Triathlon, prend un bout de quatre-quart, un verre de Coca Cola puis passe prendre ma feuille de chrono. Je suis rincé, je ne resterais pas plus longtemps...

Avant le départ

Récupération

J’ai voulu attendre quelques jours avant de rédiger cet article car je voulais vraiment voir ce que cela donnerait en récupération. J’ai donc appliqué mon protocole habituel. J’ai perdu 500gr sur l’épreuve. J’ai très mal dormi le soir même, j’étais vraiment courbaturé malgré les étirements, l’hydratation, les crèmes et j’en passe. J’étais fatigué nerveusement aussi. Le lendemain, je me suis appliqué à réitérer ces gestes et à faire une sieste : ça allait déjà beaucoup mieux le soir.

Finalement c’est ce matin (donc le surlendemain), que j’ai fait une sortie vélo d’une heure pour décrasser et là au revoir les courbatures ! J’aurais donc récupérer assez rapidement. Demain soir, retour à l’entrainement course à pied :

  • 20′ endurance fondamentale
  • gammes
  • 5×1’30″ à allure 10km (r=1’15 ») + 10′ récup

Allure 10Km, maintenant j’ai un repère !

Prochain trail ?

Le prochain objectif Trail sera donc l’Ultra Marin (Morbihan), je vais m’aligner sur le parcours 56Km sans objectif de performance, ce sera vraiment pour la beauté du paysage et le plaisir de l’effort sportif. Je ne me suis pas décidé encore sur la distance pour le festival des Templiers, à voir si je maintient le 72Km (3300m de D+) ou si je fais plutôt le Marathon des Causses (38Km – 1600m D+). La seconde solution me parait plus raisonnable mais je n’aurais rien à perdre en fin de saison ! Dur, dur... !


comments powered by Disqus