Triathlon M d'Enghien 2014

Le 26/5/2014 par Loïc Guillois

L'arrivée en région parisienne

Cette course, c'était un peu un pélerinage. J'ai profité de l'occasion de monter sur Paris pour revoir des amis avec un soleil radieux : c'était l'idéal. Une approche dans la bonne humeur donc. C'était également le rassemblement d'un forum que je fréquente assidûment sous le pseudonyme de Kapik. L'ambiance est au rendez-vous, on ira chercher les dossards et faire une reconnaissance tous ensemble puis on se retrouvera pour un barbecue en guise de pasta party. Le top !

Départ natation

Je n'arrive pas en avance, mais j’avais tout préparé. Donc je dépose mes affaires et je suis prêt. J’enfile la combinaison, tout le monde commence déjà à partir vers le lac. Je commence à galérer à fermer la combinaisaison, un voisin m’aide. Sympa et merci à lui !

Je n’ai aucune idée de comment va se passer ma course, je n’ai pas réussi à faire un test de 1500m en 30 minutes en piscine, ce qui aurait été un bon point de départ pour moi mais la natation en combinaison et en eau vive, change pas mal de chose. Le départ est donné : j’arrive à garder les pieds mais je suis en sur-régime et je commence à m’essouffler. Je ralentis un poil le rythme et remarque qu’il y a des nageurs autour de moi. C’est rassurant, je vais à leur rythme. À la première bouée, je me rend compte que je suis en queue de paquet et que je suis sur un faux rythme en restant avec eux. J’accèlère un peu et je commence à doubler. En approchant de l’arrivée, j’accélère vraiment mais ne double plus tant que ça : tout le monde veut finir plus vite.

Natation

Je sors de l’eau sans crampes et sans essoufflement excessif. J’ai presque pris du plaisir ! Je me dirige vers mon vélo j’enlève la combinaison sans problème. J'ai bien fait de couper la languette qui me gênait tant ! Je sors du parc en 40 minutes et quelques. Je suis un peu déçu sur ce coup-là mais c'est quand même 10 minutes de mieux que l'année dernière à La Ferté Bernard.

La partie vélo

Une fois sur le vélo, je ne fais que slalomer en mode « poussez-vous / excusez-moi », sans trop en faire, j’ai pas les jambes si souples que cela. Puis j’arrive sur la boucle à faire 3 fois, en même temps que des mecs qui sont dans leur second tour. Je suis dans leur rythme mais je fais attention à ne pas drafter et toujours slalomer. Le petit jeu durera jusqu’en haut de la côte de Saint Prix. Je décide de relâcher un peu, et je n’ai pas le choix avec le 43x23, ça pique. Bon ça passe, mais c’est clairement une erreur. Je ferais 3 tours avec la même intensité. Sur le retour: c’est chiant, il y a pas mal de voitures. Les bénévoles font passer une voiture alors que j’arrive... je suis obligé de freiner et de la doubler... j’arrive au parc frais, mais les jambes assez dures. J’aurais quand même bien pu m’hydrater (1 bidon et demi de Coca-Cola ®) et j’ai pris un gel à l’amorce du dernier tour.

Natation

La transition arrive, je prend le temps de mettre des chaussettes : je n'ai pas envie d’avoir les pieds abimés à 2 semaines du half. Je sors de la transition avec un grand sourire : 1h56.

La course à pied

La course à pied est malgré tout compliquée... et là je me dis qu'heureusement qu’il y a un peu d’ombre et qu’il ne fait pas si chaud que cela et heureusement que le parcours est plat et sans trop de virages... j’ai tout de suite pensé au half des Marches de Bretagne le 1er juin. Les 2 allers-retours me semblent interminables. J’ai l’impression de faire une sortie longue. Je n’ai aucun repère de chrono, je ne comprend rien aux kilométrages inscrits sur le sol. Sur la fin, je vois l’inscription « 9Km » au sol et mon cerveau se dit que c’est bientôt fini. Donc je fais une dernière accélération jusqu’à l’arrivée. J’arrive en 2h41.

Conclusion

L’ambiance et la météo étaient au rendez-vous et le parcours était très plaisant. Les bénévoles étaient bien présents et les ravitaillements à la hauteur. Bref, c’est tout simplement mon meilleur moment triathlétique de ma jeune carrière. Cela me relance pour la suite de la saison qui ne fait que commencer. Je suis vraiment rassuré pour la natation même si j’ai nagé un tempo un peu lent de peur d’exploser. Il faudra que je nage un poil plus vite et avec un peu plus d’engagement pour garder les pieds des concurrents.

Un vélo conséquence de la natation : beaucoup de slalom et parfois un faux rythme. J’étais dans le rythme de ceux qui m’ont pris un tour et ça c'est très bon signe, cette impression s'est confirmé sur mon classement vélo. Sans mon 43 dents dans Saint Prix, j’aurais pu relancer plus vite en haut et avoir un peu moins les jambes en bois sur la course à pied. Celle-ci se passe finalement pas si mal avec 44 minutes 20 secondes pour un poil plus de 10Km.

Je finis donc officiellement en 2h41 et 12 secondes, à la 173ème position sur 460 finishers. Pour les curieux, les résultats complets sont ici.


comments powered by Disqus