Mon premier triathlon : Sprint de Saint Julien de Concelles

Le 13/5/2013 par Loïc Guillois

Cet article résume mon baptême de triathlète ! Au niveau des préparatifs, je dois dire que de ce coté là j’étais avantagé étant donné que j’habite à 2 Km mais c’était aussi pourquoi j’avais décidé de m’engager sur ce triathlon. Donc j’ai profité du matin pour repérer les lieux et regarder la course XS et le départ des jeunes. J’ai retiré mon dossard parmi les premiers puis je suis rentré tranquillement chez moi. L’organisation est au top de ce coté là ! On a le droit notamment a une serviette rouge au couleur du Club Trivéloce et de la mâche bien de chez nous.

Coté alimentation, le départ étant à 15h, je ne voulais pas prendre le risque d’un repas « normal » à 12h. je me suis donc orienté vers une portion de Sportdej et banane. je charge tout et go ! Je dépose mon vélo dans le parc et c’est parti pour un échauffement cool… un peu trop je pense : 10 minutes de course à pied avec deux accélérations courtes.

Avant le départ natation

Je prend une compote et enfile la combinaison, c’est déjà l’heure du briefing puis direction l’étang pour un départ dans l’eau. A peine le temps d’arriver que le départ est donné donc je perds 25 mètres environ. Je pars en crawl, ça part vite, j’essaye de suivre... erreur ! Je suis vite à bout de souffle je n’arrive plus à me raisonner à faire du crawl, je me met à brasser. Autours de moi il y a une dizaine de nageurs / nageuses dans le dur… je me dis « bon c’est bon ». Je garde le même rythme jusqu’au bout mais je me prend quand même un début de crampe aux mollets. Je sors de l’eau aidé par les bénévoles... et là ... je boite et je manque de tomber par la même occasion. La natation est donc très mitigée (19’14 ») bien mieux que l’essai avec combinaison en bassin de 25 mètres (24 minutes de crawl pour 800m).

Seconde transition

A partir de ce moment là je me dis : « pas le choix va tout falloir faire au mental ». Je cours vers mon vélo, je prend un gel et avec le peu de lucidité qu’il me restait j’en oublie le dossard... un arbitre m’aide à le mettre. J’ai tellement mal aux mollets que je galère à clipser les cales automatiques, j’essaye de mettre une mine dès le départ en mode bourin… Bingo ! Je me prend une crampe dans les deux mollets tête dans le guidon en mode « gestion douleur », j’essaye de trouver le bon compromis entre vélocité et force pour avancer un minimum malgré la douleur.

La douleur disparait mais revient par intermittence, en tout cas je n’aurais pas pu rouler « au seuil » comme je voulais... je suis même obligé de m’arrêter de pédaler à 3/4 reprises pour m’étirer les mollets. Malgré tout je remonte et finalement j’aurais gagné 27 places (chrono correct de 37’05 ») je commence à voir des gars de mon club... le sourire reviens mais je ne m’emballe pas.

Arrivée

Je fais une transition très rapide : je ne mange pas et ne fait pas le ravitaillement. j’ai des jambes en bois, c’est frustrant… je fais malgré tout 22’38 » et je gagne 25 places… Je fini au sprint, mon chrono final est de 1:21:19.75 et 238 sur 298. Les résultats complet sont ici.

Au final, je suis très content de cette première expérience car j’ai montré que mentalement je pouvais résister à la douleur, je ne me suis pas poser la question de l’abandon. J’ai largement de quoi progresser coté natation, j’ai aussi de quoi progresser coté transition avec toutes les petites astuces que je n’ai pas mis en place (élastique, déchausser en arrivant en vélo...)... sans les crampes je pense que mon chrono aurait été bien sympa… mais il reste plus que correct !


comments powered by Disqus